Les onze temps forts attendus à Doha

Les 17èmes championnats du monde d’athlétisme s’ouvrent ce vendredi à Doha au Qatar. Dix jours de compétitions, des médailles et des émotions en prévision. On vous aide à faire le tri dans un programme dense, voici les événements qu’il ne faudra pas manquer.

Noah Lyles pour contrarier les envies de doublé de Coleman

> Finale du 100m hommes : le 28 septembre à 21h15
> Finale du 200m hommes : le 1er octobre à 21h40


Il sera finalement là. Malgré trois "no show", Christian Coleman a été autorisé à courir à Doha. Le sprinter d’Atlanta, champion du monde en salle, va tenter de décrocher son premier titre à l’extérieur. Qualifié sur 100m, 200m et 4x100m, il aura trois occasions de se parer d’or. Sur le demi-tour de piste, il risque d’avoir fort à faire avec son compatriote Noah Lyles. Un an plus jeune, le Floridien a tout misé sur le 200m. Avec ses 19.50 (4e perf all-time) de Lausanne, il a braqué les projecteurs sur lui.

Duel de feu au triple saut

> Finale du triple saut hommes : le 29 septembre à 20h45

Doha sera le théâtre d’un nouvel épisode du duel entre Will Clay-Christian Taylor. Les deux hommes se côtoient sur les podiums internationaux depuis 2011. Taylor, vainqueur de 3 des 4 derniers titres mondiaux et double champion olympique, a souvent eu le dernier mot. Mais cette année, Clay a bondi à 18m14. De quoi lui donner confiance. Deux fois titré en salle, il espère obtenir la consécration en outdoor.

Reese pour marquer l’histoire

> Finale du saut en longueur femmes : le 6 octobre à 18h15

Brittney Reese (longueur) a l’opportunité d’inscrire encore un peu plus son nom en lettres d’or dans le grand livre de l’athlé. L’Américaine vise un cinquième titre mondial dans la même discipline dans une épreuve individuelle. La performance serait historique. Chez les hommes, l’Allemand Lars Riedel, 5 fois sacré au disque, et la légende ukrainienne Sergueï Bubka, six fois en or à la perche, peuvent revendiquer un palmarès plus imposant.

Attention parce que la concurrence est affamée. Malaika Mihambo (7m16) et Ese Brume(7m05) ont sauté plus loin que Reese (7m) cette année. 

Thompson-Fraser Pryce, aussi serré qu’à Kingston ?

> Finale du 100m femmes : le 29 septembre à 22h20

Le titre national jamaïcain s’est joué aux millièmes. Il a fallu recourir à la photo-finish pour départager les fusées Elaine Thompson et Shelly-Ann Fraser Pryce, flashée en 10.73. Jamais une athlète n’avait été battue avec un tel chrono. Si elles décident de nous offrir le même suspense sur le sol qatari, on est preneur.

Avec ou sans haie, le tour de piste est en ébullition

> Finale du 400m haies hommes : le 30 septembre à 21h40
> Finale du 400m hommes : le 4 octobre à 21h20


Que ce soit sur 400m ou 400m haies, la nouvelle génération a pris le pouvoir sur le tour de piste et dépoussiéré les rankings all-time ces derniers mois. Le Norvégien Karsten Warholm (46.92, record d’Europe) et l’Américain Rai Benjamin (46.98) ont rejoint le Qatari Abderrahman Samba(46.98) sous les 47 secondes. Avec ces trois-là, le record du monde de Kevin Young (46.78) n’a sans doute jamais été autant en danger. Le fougueux viking, sacré à Londres, paraît le mieux armé. Samba aura pour lui l’appui du public.

Sans les obstacles, la musique est la même. Michael Norman (43.45) et Fred Kerley (43.64) se sont invités dans le Top 10 de tous les temps. Une perf' de choix dans une discipline très dense.

Ces deux finales vaudront à coup sûr le coup d’œil.

Trois hommes à 6m, la perche atteint des sommets en 2019

> Finale du saut à la perche hommes : le 1er octobre à 19h05

En parlant de densité, la perche hommes fait également très fort. Ils sont trois à se présenter dans le Golfe avec une performance de 6m ou plus. Sam Kendricks, le tenant du titre, mène la danse avec 6m06 devant Piotr Lisek et Armand Duplantis, champion d’Europe l’an dernier. Ajoutez-y un compétiteur comme Renaud Lavillenie et vous avez un plateau de choix. Le Français commence à sentir le poids des ans à 33 ans, mais il rêve de combler le seul vide dans son impressionnant palmarès.
 

 

 

Shaunea Miller-Uibo comme Marie José Pérec ?

> Finale du 200m femmes : le 2 octobre à 21h35
> Finale du 400m femmes : le 3 octobre à 22h50


Champion olympique du 400m à Rio et médaillée de bronze à Londres sur 200m, Shaunea Miller-Uibo continue de se partager avec succès entre les deux distances avec bonheur. Elle arrive à Doha en tête des bilans mondiaux dans les deux disciplines : 21.74 et 49.05. De quoi envisager le même doublé que Marie-José Perec aux JO d’Atlanta en 1996. Il faudra pour cela digérer un programme presque indigeste à commencer par les séries séparées de moins d’une heure et demi le 30 septembre. Le lendemain, on remet ça mais dans l’autre sens (400m puis 200m).
Vu la concurrence (Thompson et Fraser-Pryce sur 200m et Naser et Seyni sur 400m), c’est sans doute trop.

Muhammad pour un nouvel exploit ?

> Finale du 400m haies femmes : 4 octobre 20h30

Dalilah Muhammad a marqué l’année 2019. Les classements de tous les temps ont subi un coup de jeune mais un seul record du monde est tombé. C’était à Des Moines fin juillet. Avec son chrono de 52.20, la New Yorkaise de 29 ans a effacé la Russe Yulia Pechonkina (52.34 en 2003) des tablettes en finales des Trials. Elle pourrait être poussée vers un nouvel exploit par sa jeune compatriote Sydney McLaughlin, détentrice du record du monde… junior (52.75).

Thiam et la menace Johnson-Thompson

> Heptathlon femmes : les 2 et 3 octobre

Depuis 2016 et son avènement, Nafi Thiam aligne les titres avec une régularité de métronome. En trois saisons, elle a conquis l’Olympe, le monde et l’Europe. La Namuroise, invaincue depuis Rio, y a ajouté des victoires de prestige à Götzis et Talence, sans oublier son épatant total de 7013 points.

Le coude (blessé dans le sud de la France) a constitué le seul accroc dans une préparation – presque - idéale. Au-delà de ce point d’interrogation, l’opposition n’a sans doute jamais été aussi solide. Katarina Johnson-Thompson semble avoir passé un cap l’an dernier. Habituée à craquer au moment clé, la Britannique récolte les fruits de son exil à Montpellier. La victoire devant son public au mondial indoor de Birmingham a été un déclic. Les Jeux du Commonwealth (2018), l’Euro indoor et l’Hypo Meeting de Götzis (2019) ont suivi. Avec un record personnel porté à 6831 points, elle n’a jamais été aussi forte. Mais, puisqu’il y a un « mais », tous ses résultats ont été réalisés en l’absence de Nafi.

Rojas à la poursuite de Kravets

> Finale du triple saut femmes : le 5 octobre

Deuxième à Rio, championne à Londres, Yulimar Rojas s’est imposée comme la nouvelle référence du triple saut féminin. Son triple bond fabuleux à 15m41 a encore confirmé la tendance. En plus de l’or, elle aura sans doute dans un coin de la tête le record du monde d’Inessa Kravets qui date de 1995 (15m50).

Privés de Jonathan Borlée, les Tornados misent sur leur fraîcheur

> Finale du 4x400m hommes le 6 octobre à 20h30

La saison des Tornados a bien débuté avec l’or européen à Birmingham et le bronze à Yokohama. La suite a été plus compliquée avec pas mal blessures, des chronos qui tardent à descendre et finalement le forfait de Jonathan Borlée. L’absence du recordman de Belgique du 400m est forcément un coup dur mais elle n’atténue pas les ambitions de notre 4x4. Seul Jonathan Sacoor, invité par l’IAAF, sera aligné en individuel. Kevin et Dylan BorléeJulien Watrin et Robin Vanderbemden arriveront donc frais comme jamais pour le relais. Suffisant pour ajouter une 24e finale internationale à la succes story des Tornados ?

 Martin Weynants,rtbf.be